Dislike: ZOOM et les failles de Cybersécurité

Période de confinement oblige, beaucoup de Belges se voient contraints de réduire leurs contacts familiaux, sociaux et professionnels.

Pour garder le contact avec notre réseau social, nous utilisons des alternatives technologiques. ZOOM est une application américaine permettant, via des vidéoconférences, de garder des liens avec nos amis, notre famille ou nos collègues. Son utilisation est donc d’une grande utilité en ces temps de confinement.

Et pourtant, il faut rester vigilant avec cette application. Ces derniers temps, elle a été critiquée à de nombreuses reprises à cause des problèmes de cybersécurité et de manque de transparence dans la gestion des données des utilisateurs. Devenue en quelques mois le lieu de travail virtuel de nombreux employés et entrepreneurs, la société à l’origine de ZOOM, Zoom Video Communications, n’est pas un très bon exemple en termes de protection des données de l’utilisateur.

En effet, dans sa version pour iPhone, Zoom communique des données de localisation à Facebook à chaque fois qu’une visioconférence a lieu. Or, selon le règlement général européen de protection des données (RGPD), l’utilisateur doit être prévenu lorsque ses données sont communiquées à des tiers. Le PDG s’est excusé de ce malencontreux événement et a mis à jour sa politique de confidentialité depuis le 28 mars.

De plus, il semble que le contenu des appels et messages Zoom soit également accessible à toutes les personnes ayant accès au serveur de Zoom.

Un autre phénomène inquiétant est la mise en vente de plus de 500 000 comptes Zoom sur le Dark Web. La direction de Zoom s’est exprimée à ce sujet et a dit “concentrer tous les efforts d’ingénierie pour aider à la révision complète de la sécurité de la plateforme”.

Par Melis Oz, journaliste Piccolo