News en bref… En Belgique: un pas de plus vers un retour à la vie normale

Ce mercredi 24 juin a eu lieu un nouveau Conseil National de Sécurité afin de mettre en place la phase 4 du déconfinement. 

Dans un premier temps, notre Première Ministre, Sophie Wilmès a lourdement insisté sur le fait que toutes les règles devaient être respectées, si nous ne voulions pas avoir un rebond de l’épidémie.

Plusieurs possibilités s’offriront à nous dès ce 1er juillet : chaque citoyen pourra élargir sa bulle de contacts à 15 personnes par semaine. Les piscines, les centres Wellness, les cinémas, les théâtres et les casinos pourront rouvrir, à condition que les mesures sanitaires soient respectées. Pour ce qui est des boîtes de nuit, elles resteront fermées jusqu’à nouvel ordre. Les événements d’intérieur pourront accueillir jusqu’à 200 personnes. A l’extérieur, il sera possible d’accepter un maximum de 400 personnes. Bien entendu, les mesures de sécurité doivent être respectées.

Enfin, les réceptions seront autorisées, pour un nombre de 50 personnes. Là encore, il est important de respecter la distanciation sociale.

Par Arthur Martin, journaliste Piccolo

News en Bref… en Belgique: Des Jeunes MR sur le terrain pour lutter contre le Covid-19

Alors que la Belgique se déconfine progressivement, nous vous proposons un petit flashback pour vous montrer l’implication des Jeunes MR dans la distribution et collecte de masques en tissu! Vous retrouverez donc Antoine Mahin, Président des Jeunes MR de la fédération du Luxembourg, Julie Labeille, Présidente des Jeunes MR de Neupré et Victoria Vandeberg, Présidente des Jeunes MR de la Fédération de Liège en pleine action au sein de leur commune.

News en bref… En Belgique : Vers un déconfinement plus important

Comme initialement prévu, nous rentrerons dans la phase 3 du déconfinement à partir du 8 juin. C’est un retour progressif à la vie normale. Il sera désormais possible pour chaque membre d’un ménage d’élargir sa bulle de contact à 10 personnes et de la renouveler toutes les semaines. Notre Première Ministre appelle à la responsabilité de chaque citoyen.

Les restaurants, bars et cafés pourront réouvrir à partir du 8 juin, mais les mesures sanitaires et de distanciations devront être maintenues. Les salles de jeux et les salles de réception resteront fermées jusqu’au premier juillet. Par contre, les discothèques ne seront pas accessibles avant fin août.

Pour ce qui est des activités culturelles, elles reprendront lundi prochain et se feront sans public. Alors que toutes les activités culturelles avec public ne seront à nouveau autorisées que dès le premier juillet.

Les Belges auront aussi la possibilité de reprendre leurs activités sportives. Là encore, les mesures de distanciation sociale restent de mise. Les piscines et les centres wellness restent fermés.

Les activités religieuses peuvent reprendre le 8 juin avec un maximum de 100 personnes.

À partir du 15 juin, la Belgique rouvrira ses frontières avec tous les pays de l’Union européenne.

Les événements de masse restent interdit jusqu’au 31 août.

Par Arthur Martin, journaliste Piccolo

image source: Belga 

Nouvelles technologies & Covid-19 : quelle place pour les libertés individuelles ?

Drones de surveillance des forces de police, logiciels anti-fraude des universités, applications de traçage des gouvernements… Pour sortir de la crise sanitaire, les nouvelles technologies viennent à la rescousse de nos institutions. Mais à quel prix ?

Par Guillaume Soupart, membre Jeunes MR

La crise du coronavirus qui touche l’Europe depuis bientôt deux mois a bouleversé nos comportements. Elle a également chamboulé le travail de nos hôpitaux et de nos instances démocratiques. Et elle a mené notre gouvernement dirigé par la Première ministre Sophie Wilmès (MR) à réaliser un exercice d’équilibriste. Aussi, elle a mis en exergue les difficultés que notre système institutionnel a engendrées suite aux nombreuses Réformes de l’État. Enfin, elle a modifié nos habitudes et atteint au cœur nos droits et libertés : liberté d’aller et venir, droit de quitter le pays (ou d’y entrer), libertés de réunion, d’aller à l’école, …

Les nouvelles technologies sont venues aider nos sociétés. Combien de fois a-t-on entendu qu’il aurait été difficile de traverser cette crise sans leur précieuse aide ? Les GAFAM (Google, Amazon, Facebook, Apple et Microsoft) sont en pleine forme dans les marchés boursiers. Les E-peros se multiplient, les réunions en tout genre pullulent sur Zoom, les cours de l’enseignement supérieur se dispensent sur Teams, les emails virevoltent et, pour beaucoup, le télétravail est devenu la norme, les caisses enregistreuses ne fonctionnent presque plus qu’au paiement virtuel encouragé par l’augmentation des limites bancaires du paiement sans contact …

Toutefois, les nouvelles technologies sont également venues apporter leur soutien à des mesures plus intrusives et certainement dans des situations que nos esprits considèrent comme plus délicates, plus intimes.

D’une part, des drones ont survolé l’Europe. Des drones dans les rues, cela avait été vu en Espagne à la mi-mars, puis la pratique s’est installée en France. Un objectif : faire respecter le confinement en diffusant des messages à la population. Récemment, une commande de 651 drones a été publiée au Bulletin officiel des annonces des marchés publics français. Celle-ci a suscité de nombreuses tensions et parmi celles-ci surtout, la raison pour laquelle une telle commande devait être réalisée. La presse flamande a fait état également de l’usage de drones équipés de caméras de chaleur dans la zone de police de Bredene/Le Coq.

D’autre part, si les universités et établissements d’enseignement supérieur ont depuis longtemps intégré dans leur pratique l’utilisation de logiciels anti-plagiat, la crise du Covid-19 les a poussés à réfléchir encore plus loin, les examens devant se tenir à distance. Du côté de l’Université Catholique de Louvain (UCL), on s’est doté de logiciels informatiques permettant la surveillance à distance pour certains examens comprenant le blocage d’accès à internet et aux fichiers de l’ordinateur ainsi que la vidéosurveillance – dans le respect du RGPD, nous dit-on. À l’Université libre de Bruxelles (ULB), l’Université de Liège (ULiège), l’Université de Mons (UMons) l’Université Saint-Louis (USLB) et l’Université de Namur (UNamur), on opte pour la ‘confiance’, des questions plus transversales ou des chartes signées par les étudiants.

Enfin, le déconfinement sera accompagné de plusieurs dispositifs conseillés par les comités scientifiques. Celle qui fait le plus parler d’elle est l’application de traçage. Le concept est simple : grâce au Bluetooth, tous les appareils dans le voisinage du vôtre seront identifiés et s’il se trouve un porteur contaminé parmi eux, vous en serez avertis. Cela permettra d’enrayer la propagation du virus en isolant préventivement les personnes exposées, en les incitant à se mettre en quarantaine, à consulter un médecin ou à se faire tester.

La belgian touch est classique : les Régions sont compétentes mais la protection des données reste dans le giron fédéral, quatre Ministres, quatre administrations et la création d’un organe de concertation dirigé par Emmanuel André (ULB) chargé de la coordination du comité interfédéral « testing & suivi des contacts » – tout un programme ! Le traçage sera également réalisé par 2.000 enquêteurs pour identifier les citoyens potentiellement contaminés. Ces derniers auront accès à une plate-forme digitale commune aux trois entités fédérées.

Arrivent alors les questions liées à la cybersécurité, au respect du Règlement Général de Protection des Données – nouveauté européenne qui a fait couler beaucoup d’encre et soulevé de nombreuses interrogations – et à l’atteinte aux libertés, étendards de nos sociétés libérales. Elles sont débattues dans nos Parlements en ce moment-même.

Synthèse des arguments politiques belges à ce propos :

  • Définition stricte du concept et base légale spécifique

Le traçage existe déjà en Belgique mais il ne se fait que via des enquêteurs. Une application permettrait d’automatiser et d’intensifier ce processus. La Belgique exclut de recourir à la technologie GPS, ce qui permettrait de pister et de géolocaliser les individus. La piste envisagée est l’utilisation du Bluetooth permettant uniquement de retracer les relations sociales entre les individus.

En outre, il est important d’entériner le dispositif prévu dans un texte législatif ou un arrêté royal de pouvoirs spéciaux. Le RGDP permet une collecte de données si elle est réalisée dans un but d’intérêt général, si elle est nécessaire et si elle est efficace. La Secrétaire générale du Conseil de l’Europe a précisé que « Ce type de système ne peut être réalisé que si les preuves scientifiques démontrent de manière convaincante que les avantages potentiels en termes de santé publique sont supérieurs à ceux que procureraient d’autres solutions moins intrusives ».

  • Participation volontaire au traçage électronique

Aucun parti politique ne veut rendre le tracing obligatoire. Le Président du MR, Georges-Louis Bouchez, a souligné que le système mis en place, pour qu’il soit efficace, devait remporter une grande adhésion permettant ainsi d’obtenir une base statistique suffisante – servant d’appoint aux enquêteurs régionaux. Pour ce faire, il faut lever toute ambiguïté sur son utilisation en menant un débat public menant à un large consentement des citoyens. Celui-ci devra être libre et éclairé, notamment en permettant un accès en licence libre à l’application afin d’être transparent.

60% de la population devrait y recourir pour obtenir un résultat optimal. À Singapour, seuls 16% de la population ont téléchargé l’application avant que les mesures de confinement soient finalement prises par les autorités publiques. Se pose toutefois la question de la stigmatisation des personnes qui ne souhaitent pas télécharger l’application.

  •  Collaboration européenne

Nous le savons : l’Union européenne n’a aucune compétence dans ce domaine. Toutefois, il reste important de garder à l’esprit que, bien qu’ils soient limités, les transferts transfrontaliers continuent ne serait-ce que pour citer un exemple le personnel de santé belge résidant au Pays-Bas, en Allemagne, au Luxembourg ou en France.

  •  Anonymisation et décentralisation des données & accès aux données limité

L’anonymisation des données n’est pas une mince affaire. En effet, le fichier des malades du Covid-19 est pseudonymisé avec des mécanismes cryptographiques. Cependant, ce numéro pourrait être désanonymisé en le combinant avec d’autres informations dans la base de données, ou extérieures à la base de données, ou encore par adresse IP. Il ne s’agit donc pas d’une base de données anonyme telle que définie par le RGPD. Cette base contient donc des données à caractère personnel au sens de l’article 9 du RGPD et qualifiées de sensible puisqu’il s’agit de données de santé.

Dans un système décentralisé, la liste des contacts rencontrés par une personne diagnostiquée n’est pas connue par une autorité centrale. Cela permet également d’éviter une commercialisation ou une externalisation des données.

  • Limitation dans le temps et contrôle continu par l’Autorité de protection des données

La limitation dans le temps et le fait que les données soient uniquement utilisées pour lutter contre le Covid-19 relèvent du principe de proportionnalité qu’exige toute atteinte aux libertés fondamentales.

L’Autorité de protection des données (APD) a été consultée en urgence afin de rendre un avis sur deux avant-projets d’arrêtés royaux portant respectivement sur l’utilisation d’applications de traçage et sur la constitution d’une base de données « afin de prévenir la propagation du coronavirus ». Cette autorité rappelle que la protection des données personnelles n’est pas un obstacle à la mise en place d’outils technologiques dans le cadre de la lutte contre l’épidémie Covid-19, tant que ceux-ci respectent certains principes fondamentaux. Les textes normatifs qui prévoient et encadrent l’utilisation de ces outils doivent notamment être précis et complets pour assurer une transparence optimale vis-à-vis du citoyen et la nécessité de recourir à une application de traçage doit être démontrée, estime l’APD.

  • Difficultés liées à l’analyse et l’exploitation des données

Une telle application se base sur l’utilisation généralisée de smartphones. Il faut également souligner qu’aucun consensus a été établi quant à la durée et la distance de proximité justifiant d’alerter une personne entrée en « contact » avec une autre personne contaminée. Il se pose également la problématique des zones densément peuplées où la précision du dispositif serait mise à rude épreuve. À cela s’ajoute, un sentiment de sécurité créé dans la population – au même titre que le port obligatoire du masque.

Enfin, il faut rappeler que cette application doit être couplée à une capacité de tests suffisante et massive.

Cet article se veut synthétique et descriptif des arguments politiques utilisés en Belgique. D’autres contributions permettent de lancer le débat sur le sujet dont notamment, deux articles français disponibles sur internet : « Nos arguments pour rejeter Stopcovid » de La Quadrature du Net et « Le traçage anonyme, dangereux oxymore, Analyse de risques à destination des non-spécialistes » réalisé par des spécialistes en cryptographie, sécurité ou droit des technologies (risques-tracage.fr).

Covid-19 : le symptôme d’une Europe dépassée ?

L’épidémie du covid-19 vient s’ajouter à la polycrise que connaît l’Union européenne depuis une dizaine d’années (crise migratoire, montée des populismes, Brexit, cohésion de la zone euro, défi climatique…). Elle pourra en sortir grandie. Et si cela devait se traduire par un changement de modèle et par la consécration d’une Union européenne fédérale ?

Malheureusement, c’est le chaos qui a, dans un premier temps, régné en Europe. Le débat au sujet d’une réponse financière solidaire de l’Union a été l’un des plus gros scandales de la crise COVID-19 que nous connaissons actuellement. Le Premier Ministre néerlandais Mark Rutte a confirmé son opposition aux « coronabonds » qui reviendraient pour son pays à être solidaire de tous les autres. Suite au tollé que cela avait provoqué, il a proposé quelques jours plus tard un « fonds de solidarité » de 10 à 20 milliards pour l’Italie et l’Espagne.

En parlant de l’Italie, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a même été jusqu’à présenter des excuses publiques aux citoyens italiens pour le manque de solidarité et de réactivité de l’Union Européenne.

En Europe de l’Est, si pour certains il est nécessaire d’adopter un autre comportement que d’habitude, pour d’autres, l’exceptionnelle situation fait rejaillir le naturel. Nous pensons ici à la Hongrie, où il semble que le temps soit à la dictature, n’est-ce pas M. Orban?

Un autre exemple de cacophonie européenne est la réquisition, par le Premier ministre français, de masques appartenant à la société suédoise Mölnlycke et destinés à l’Espagne et à l’Italie. En plus de susciter des tensions dans les 2 pays, cette saisie est contraire aux règlements du marché intérieur européen.

Enfin, terminons quand-même sur une note positive. Après une réunion entre les ministres des Finances ce jeudi 9 avril, des accords ont été trouvés sur une série d’aide financière et un fonds de relance pour sortir l’UE de cette crise économique. Mieux vaut donc tard que jamais…

L’Union européenne, fidèle à sa devise “In varietate concordia[1], prend des initiatives malgré les cris d’orfraie des détracteurs du projet européen et de la désinformation de Moscou et Pékin.

En effet, il est de bon ton de rappeler que l’UE ne définit pas les politiques de santé, ni l’organisation et la fourniture de services de santé et de soins médicaux, contrairement aux gouvernements nationaux. Son action consiste plutôt à compléter les politiques nationales et à soutenir la coopération entre les États-membres dans le domaine de la santé publique – un seul article existe en matière de santé, à savoir l’article 168 du Traité sur le Fonctionnement de l’Union Européenne (TFUE) –.

Dans cette crise, nous constatons que chaque institution européenne a donc usé des instruments qui sont à sa disposition pour atténuer les conséquences de la pandémie et ce, même si la mise en place de ces mesures fut tardive – ce que nous regrettons.

Le Parlement européen a voté en faveur d’une mobilisation de 37 milliards d’euros d’investissements publics pour faire face à la crise provoquée par le covid-19. Ces montants se basent sur différents fonds créés pour soutenir les États-membres de l’UE et les pays en voie d’adhésion dans des situations de catastrophe majeure.[2]

L’une des décisions qu’a prise la Commission européenne était de fermer les frontières extérieures. Il faut garder à l’esprit qu’instaurer un état de « confinement » et fermer les frontières d’un pays ne peut se décider qu’au niveau national. Parallèlement, elle a décidé de mobiliser 140 millions d’euros de fonds de l’UE pour soutenir la recherche visant à mettre au point un vaccin, des nouveaux traitements et des tests de diagnostic.

Elle a alloué 47,5 millions d’euros à 17 projets de recherche contre le covid-19 dans le cadre du programme « Horizon 2020 ». Ces mesures rendent possible des tests de diagnostic rapides pouvant être effectués à proximité directe du patient, de nouveaux traitements et le développement de nouveaux vaccins. Un investissement total de 90 millions d’euros est attendu dans l’Initiative en matière de médicaments innovants (IMI), un partenariat public-privé entre la Commission et l’industrie pharmaceutique a lancé un appel urgent à des propositions de recherche. Ajoutons à cela qu’une aide financière de 80 millions d’euros a été octroyée à une entreprise allemande spécialisée dans le développement de vaccins innovants.[3] De plus, la Commission exonère de droits de douane et de TVA les importations d’équipements médicaux en provenance de pays tiers[4].

De plus, en vertu de l’article 107 du TFUE, la Commission européenne a le rôle de contrôler les aides financières octroyées par les États à leurs entreprises nationales. Dans une communication officielle, elle a souligné que les règles de l’Union aux États-membres peuvent servir à soulager les entreprises, en particulier les PME afin de leur permettre de surmonter la situation actuelle.[5]

L’Union européenne répond aussi à la critique, qui lui ait régulièrement faite, quant à sa rigidité sur le plan des finances étatiques en suspendant le Pacte de stabilité pour permettre aux Etats-membres de dépenser autant d’argent que la crise actuelle le demande. Cet accord avait pour but de préserver l’équilibre économique et budgétaire, au sein de l’Union, par l’interdiction pour les États parties à ce traité, de dépasser 3% de déficit et 60% de dette publique quant à son PIB.[6]

Suite à ces différents éléments, les Jeunes MR ne peuvent que rappeler leur positionnement prônant une réforme de l’Union européenne actuelle : nous souhaitons la mise en place d’un Espace Européen (EE) qui reprendrait les contours de l’Union à 27 et qui aurait les compétences exclusives d’une zone de libre-échange, et d’une Union Fédérale Européenne (UFE) à l’intérieur même de l’EE, qui pourrait correspondre à la Zone Euro actuelle (18 membres) et dont les compétences comprendraient un ensemble de matières intégrées au niveau européen.

Il est temps de donner à l’Europe les moyens de ses ambitions. Et cela passera inévitablement par l’intégration européenne. Car si cette crise nous montre quelque chose, c’est la nécessité de réponse coordonnée. La solution est de délier les mains d’une Europe qui ne demande qu’à faire ses preuves.

Concernant les compétences, il va de soi que dans le cadre d’un tel projet, une redistribution des compétences semble nécessaire voire inévitable pour permettre à l’Union européenne de légiférer et donc de poser des actes contraignants envers les États. Cela devrait se faire pour des compétences qui jusqu’à maintenant relevaient en grande partie de la souveraineté des États-membres – l’Europe n’ayant donc plus guère qu’un rôle de soutien –. Il n’est pas nécessaire de pousser la réflexion si loin pour observer un manque de réactivité de la part des 27 pays européens : le simple fait d’obtenir une période de transposition de 5 ans après le vote d’une résolution en dit déjà assez à ce sujet.

À titre d’exemple, la santé, la fiscalité ou même la défense avec la création d’une armée européenne pourraient dès lors être du ressort de l’UFE. Pour rendre l’Europe plus efficace, il faut plus d’Europe, une Europe simplifiée et transparente.

En donnant ainsi plus de responsabilités à l’Europe, nous augmentons également son champ d’action et rendons les différentes structures européennes plus fortes. Quel est l’intérêt des centres de recherches et de préventions européens s’ils ne sont que consultés de temps à autres pour se donner bonne conscience ? Ces structures doivent servir de références et ne plus faire partie de l’arrière-plan européen. Elles doivent être entières et prêtes à agir en cas de crise telle une task force, un groupe constitué pour mener à bien une mission particulière.

En 2015 déjà, certains s’exprimaient en faveur de la mise sur pied d’une entité médicale globale -en parallèle à l’OTAN – en charge du maintien de la paix – qui, elle, s’occuperait d’éventuelles crises sanitaires mondiales telles que celle que nous vivons actuellement. Pour le moment, nous ne pouvons que constater que la coordination de ces différents outils européens n’est pas à la hauteur. Nous en sommes les tristes témoins en cette période de crise.

Pourtant l’Europe possède déjà plusieurs outils salvateurs : le Centre de Coordination de la Réaction d’urgence (CCRU) et le Centre Européen de Prévention et de Contrôle des Maladies (CEPCM). L’un permet la coordination des mécanismes de protection civile européens, l’autre est une agence européenne chargée de la prévention et du contrôle des maladies et affections transmissibles.

Mais pourquoi ces outils ne sont-ils pas utilisés au maximum de leur potentiel ? On le sait, en temps de crise, une réponse dynamique et rapide est indispensable. Aujourd’hui, ces outils sont sollicités par les États-Membres ou par les institutions européennes ce qui explique la lenteur de leur mobilisation. Dans une Union Fédérale Européenne (UFE), ces deux entités – qui pourraient être fusionnées – seraient les moteurs d’une réponse efficace à une crise sanitaire comme celle que l’on connaît aujourd’hui. Cela passerait par une gestion logistique et préventive du matériel en termes de déploiement, de quantité et d’accès (masques, gants, EPI, tests de diagnostic, respirateurs, …) mais aussi par une capacité de mobilisation de moyens humains (docteurs, infirmiers, ambulanciers, …) à travers l’Europe.

Elles seraient chapeautées par une Direction Générale de la Santé attachée à un Commissaire européen spécifique. Elles permettraient de réaliser des simulations à grande échelle contre les virus ou toute autre pandémie et permettraient de développer une réponse coordonnée, organisée et régulée selon un schéma pré-établi. Le corps médical serait donc formé et professionnalisé de manière identique permettant ainsi, une action rapide entraînant une diminution drastique du nombre de victimes et de conséquences toutes plus regrettables les unes que les autres.

Notre société est en évolution permanente. La crise que nous traversons nous fait prendre conscience qu’il faut avancer et s’améliorer. Empêcher le projet européen de se réformer en parallèle est un non-sens. Il faut se souvenir que tenter de répondre aux problèmes du siècle prochain avec des réponses du précédent n’a aucun sens.

Les pères fondateurs du projet européen que sont Robert Schuman, Jean Monnet ou Paul-Henri Spaak n’avaient jamais rêvé d’une institution figée dans la pierre. L’Union Économique et Monétaire n’était qu’une étape comme l’a été la Communauté Européenne du Charbon et de l’Acier (CECA) pour la reconstruction de notre continent après la seconde guerre mondiale.

Soyons les dignes héritiers du rêve européen et donnons à notre Union les outils pour répondre aux problèmes de demain.

Nous sommes les Jeunes MR et nous voulons plus d’Europe.

Les auteurs : Gilles Bruck, Laura Hidalgo, Julien Liégeois, Florent Rasseneur, Alexandre Servais et Guillaume Soupart

[1] Unis dans la diversité.

[2] Commission européenne, Proposition de règlement du Parlement européen et du Conseil modifiant le règlement (CE) nº 2012/2002 du Conseil en vue de fournir une aide financière aux États membres et aux pays dont l’adhésion à l’Union est en cours de négociation qui sont gravement touchés par une urgence de santé publique majeure, 13 mars 2020, COM/2020/114 final.

[3] Commission européenne, Coronavirus : la Commission propose un financement au laboratoire CureVac qui développe des vaccins innovants, 16 mars 2020, disponible surwww.ec.europa.eu/commission/presscorner ; Actualité du Parlement européen, L’Union européenne soutient la recherche pour lutter contre le covid-19, 31 mars 2020, disponible surwww.europarl.europa.eu/news.

[4] Commission européenne, Coronavirus : la Commission exonère de droits de douane et de TVA les importations d’équipements médicaux en provenance de pays tiers, 3 avril 2020, disponible surwww.ec.europa.eu/commission/presscorner.

[5] Commission européenne, Communication de la Commission Encadrement temporaire des mesures d’aide d’État visant à soutenir l’économie dans le contexte actuel de la flambée de COVID-19, 20 mars 2020, 2020/C 91 I/01.

[6] Commission européenne, Coronavirus : La Commission propose d’activer la clause dérogatoire générale du cadre budgétaire pour faire face à la pandémie, 20 mars 2020, disponible surwww.ec.europa.eu/commission/presscorner.

Dislike: la mauvaise gestion de l’approvisionnement des masques

En cette période de pandémie de COVID-19, nous faisons face à une pénurie de masques, notamment les masques FFP2 utilisés par le personnel soignant.

Plus tard, nous avons appris qu’un stock stratégique de plusieurs millions de masques FFP2 avait été détruit en février 2019 ! Pour cause, les masques étaient arrivés à péremption et la ministre Maggie de Block, a décidé de ne pas renouveler la commande par souci d’économie. Interviewée par vidéoconférence, cette dernière a montré une attitude totalement irresponsable en mentionnant les hôpitaux comme responsables de la gestion des stocks de masques.

Il existe également d’autres exemples flagrants : l’achat de 5 millions de masques avorté suite à des problèmes de procédure entre le SPF Santé et le fournisseur turc, la société Mossa. Ou encore l’achat annulé par le cabinet de Block de plusieurs millions de masques FFP2 à la société wallonne Pharmasimple. En cause ici aussi, ce sont des modifications dans la commande qui n’auraient pas été acceptées par le cabinet de la Ministre alors que le CEO de l’entreprise dit le contraire. De plus, lors d’une session parlementaire de questions/réponses, la ministre a refusé de répondre aux questions concernant cette affaire.

Tous ces événements sont regrettables car ils cristallisent un cafouillage dans l’achat par les autorités politiques d’équipements de protection nécessaires pour faire face à cette crise sanitaire. Nous espérons donc que toute la lumière soit faite lors de l’inévitable commission d’enquête qui reviendra sur les échecs de la lutte belge contre le COVID-19.

Par Melis Oz, journaliste Piccolo

Source: blog de Pharmasimple https://pharmasimple.com/blog/masque-ffp2-masque-chirurgical-lequel-choisir/